15 septembre 2005

Bon, tout ou presque y est...

... dans l'émission de Daniel Mermet de ce jour (Jeudi 15/09 ). Une des traductions du NAIRU en français est le "taux de chômage d'équilibre", qu'un économiste vient d'expliquer lors de l'émission d'il y a quelques minutes... Equilibre entre quoi et quoi? Entre chômage et inflation pardi, mais ça il faut le savoir. De toute façon, en général, dans les articles des journaux grand public, on préfère utiliser le terme taux de chômage STRUCTUREL, qui est neutre et laisse supposer ce qui n'est pas (tout en cachant ce qu'il est). Un autre terme qui paraîtrait louche et donc est rarement utilisé est celui de taux de chômage NATUREL (merci monsieur Milton Friedman, voir plus bas). Ouais, là, vraiment, ça mettrait trop la puce à l'oreille!
Alors que moi, NAIRU je trouve ça si bien. C'est court, ça sonne bien, ça fait exotique et surtout, ça force à chercher quel mystère se cache derrière...
Décidément, ça s'accélère sur le front du NAIRU ...

L'émission du jour en archives ici ("les chiffres du chômage")
http://www.la-bas.org/
Si vous souhaitez télécharger le fichier (8 Mo) de l'émission en question (en real media), c'est le lien ci-dessous, allez sur le fichier 050915.rm (15 septembre) et faites clic droit "enregistrer la cible sous".
http://w3.la-bas.org/rm/
TOUTE L'EMISSION EST A ECOUTER POUR COMPRENDRE COMMENT LES STATISTIQUES QUE L'ON NOUS SERT DANS LES MEDIAS SONT TRAFIQUEES ET INCOMPLETES. POUR LE PASSAGE SUR LE "CHOMAGE D'EQUILIBRE" (DONC LE NAIRU) ET SON USAGE DELIBERE POUR FAIRE PRESSION SUR LA POPULATION SALARIEE, ECOUTER LE PASSAGE ENTRE LA 45è et LA 49 è minutes.
La réaction de Laurence Parisot, Présidente du Medef, qui parle du "scandale du chômage depuis 25 ans" est révélatrice de la stratégie actuelle: dénoncer (en la récupérant) une situation pourtant délibérément construite et planifiée, pour mieux passer de nouvelles "réformes structurelles" sur le marché du travail... Le but étant de partager la précarité sur le plus grand nombre et d'obtenir une pression diffuse et généralisée...

Comments:
J'ai écouté l'émission. On est donc à 3,7 M de chômeurs, soit 15 % des actifs... Mais alors, les gens qui analysent le NAIRU, ils prennent en compte quels chiffres ? (et est-ce que cela a une importance ?)
J'aime bien le mot NAIRU, qui sonne comme le culte caché d'une secte secrète.
Mais au fait, admettons que ce grand secret soit dévoilé au grand public (couverture du Nouvel Obs' et compagnie), quelles conséquences selon vous ?

Antoine.

P.S. Merci pour le lien vers actuchomage.org, je ne conaissais pas. J'adore le lien laissé par le dernier commentaire :"onlinedietinfo.com Three Weight Loss Diets to Choose From"... le régime chômage ça marche aussi (au chômdu on s'restreint la ceinture).
 
Bonsoir Antoine. Je vois que j'ai déjà un "fidèle" pour suivre mon enquête :o)

Eh oui, l'émision d'aujourd'hui de "La bas si j'y suis" a révélé de manière assez claire comment on (les gouvernements successifs)manipule(nt) les statistiques du chômage. Ceci n'est guère nouveau, mais bien peu de gens le savent et comprennent à quoi correpondent les chiffres qu'on leur assène tous les jours aux "informations". La litanie des chiffres et des pourcentages, bien rendue dans l'émission en bruit de fond, brouille les pistes et amène à des conclusions erronées. En fait, l'économie moderne génère et utilise un chômage massif pour exercer un contrôle social sur les salariés et leur faire accepter toujours un peu plus (si possible de leur "plein gré", avec enthousiasme et sourire, grâce aux méthodes de management modernes).Le niveau de ce chômage ne doit pas descendre sous le NAIRU estimé, qui est rappelons le virtuel, hypothétique et incertain, la précision de la décimale du chiffre calculé masquant le flou général du concept. Alors, votre question, je me la suis posée au cours de mon enquête et pour cela, j'ai pris mon plus beau téléphone et j'ai demandé à m'entretenir de la chose avec un spécialiste du NAIRU à l'OCDE, grand organisme très connu pour ses travaux (d'inspiration assez libérale) qui vise à conseiller les décideurs et à orienter les politiques économiques nationales, européennes et internationales. Je pense que tout chômeur devrait une fois entendre un économiste parler comme cela aussi librement du NAIRU: pour lui c'est du banal,du quotidien. Pour lui, le NAIRU existe, ben oui et alors? En fait, et pour répondre à votre question, le NAIRU, qui est calculé de manière prescriptive, est dans la pratique comparé (en réalité, c'est dans l'autre sens que la comparaison se fait bien sûr)au taux de chômage établi par l'institut Eurostat (basé au Luxembourg) au travers d'une enquête emploi standardisée. Là aussi, il y aurait beaucoup à dire sur cette enquête, mais au final, et ce qu'il faut retenir, c'est que le chiffre du chômage mesuré par Eurostat est très proche du chiffre officiel fourni par l'ANPE, au travers de ses inscriptions (soit la catégorie 1 des inscrits!). DONC: Quand on lit dans un document de la Banque Centrale Européenne que le NAIRU moyen en Europe est estimé actuellement à 10%, cela signifie qu'il faut, pour que "l'inflation" soit maitrisée (ce qui est je le rappelle l'OBJECTIF UNIQUE de la BCE TEL QUE DEFINI DANS SES STATUTS, dans le traité de MAASTRICHT et dans la défunte (?) Constitution Européenne), que le taux de chômage moyen mesuré par Eurostat reste (suffisamment)au dessus de 10%! Il n'y a qu'à lire pour comprendre! Ce qui veut dire que le chômage réel doit être bien supérieur compte tenu des arrangements statistiques...
Etonnant, non?
 
Difficile à évaluer, mais rassurez-vous, il y a plein de manière de brouiller des pistes déjà assez compliquées (pourtant quand on commence à comprendre et à assembler les pièces du puzzle, c'est assez limpide, beaucoup de choses s'expliquent bien mieux...). Je veux dire par là que les parades pour faire baisser le NAIRU et le chômage mesuré sont déjà dans les cartons ... sans pour autant renoncer au principe actif qui fait tout le charme du NAIRU: 1) faire pression et exercer un fort contrôle social sur les salariés 2) ne pas se faire rogner ses profits par une dépréciation de la monnaie au travers de l'inflation. Le nom de code est "réforme structurelle des marchés du travail"...
 
En cas de révélation suffisamment large, le NAIRU est victime du syndrôme de Dracula: lorque la lumière se lève sur lui, il meurt! En effet, la Peur n'opère plus, puisque le chômage devient non seulement normal, mais utile. Car un chômeur travaille sans le savoir à tirer "l'inflation" vers le bas (je mets des guillemets, car vous verrez plus tard que là encore, la mesure de la soi-disant inflation doit être bien comprise pour être correctement interprêtée)
 
Resalut "Gillaume" et encore merci pour ton blog. Le problème c'est que maintenant je vois du NAIRU partout ! et malheureusement les conséquences d'un tel concept. Pas plus tard que hier soir justement, au JT sur la 2 (il m'arrive de regarder de temps en temps ce système "d'information", pratique car visuel et rapide, mais qui pourtant pousse à la myopie. Petit reportage sur le contrat nouvel embauche : un présentateur enthousiaste/des "nouveaux embauchés" dont le choix de ce contrat... était qu'ils n'avaient pas le choix (et l'on voyait sur leur visage pas rayonnant du tout qu'ils n'étaient pas rassurés, ce qui semblait presque étonner la caméra(?!))/des patrons (rayonnants), sans complexes, rassurés de pouvoir licencier librement. Le NAIRU, un moyen de pression pour disposer d'une main d'oeuvre qualifiée à bas prix (une sorte de super low coast company ?) et docile ? Ca me semble évident et pas vraiment surprenant. Ce qui est effrayant, c'est cette volonté des pouvoirs politiques (économiques ?) de vouloir appliquer un tel système, avec tant d'ardeur et de calculs.

Seb
 
PS (oublié) : j'ai vraiment aimé la citation de Laurence Parisot. A mettre dans les papillottes Revillon...
 
Dommage que les trackbacks n'existe pas sur ton blog, mais je parle de toi dans le mien
 
Your post is very interesting. Definitely i ll be back messenger 7.5
 
Enregistrer un commentaire



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?